Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/233

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Entre un garde.

LE GARDE.

Il y a ici un homme de la campagne — qui veut absolument être admis devant Votre Altesse : — il vous apporte des figues.


CLÉOPÂTRE.

Qu’il entre !

Sort le garde.

Quelle noble action peut s’accomplir — avec un pauvre instrument ! Il m’apporte la liberté. — Ma résolution est fixée, et je n’ai plus rien — d’une femme en moi. Désormais de la tête aux pieds — je suis un marbre impassible ; désormais la lune variable — n’est plus ma planète.


Rentre le garde, accompagné d’un paysan portant une corbeille chargée de figues.

LE GARDE.

Voilà l’homme.


CLÉOPÂTRE.

— Retire-toi, et laisse-nous.

Le garde sort.
Au paysan.

— As-tu là ce joli reptile du Nil — qui tue sans faire souffrir ?


LE PAYSAN.

Oui, vraiment, je l’ai ; mais je ne voudrais pas être le particulier qui vous engagerait à y toucher, car sa morsure est immortelle ; ceux qui en meurent n’en reviennent jamais ou n’en reviennent que rarement.


CLÉOPÂTRE.

Te rappelles-tu quelqu’un qui en soit mort ?