Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/231

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHARMION.

J’obéis, Madame.

Rentre Dolabella.

DOLABELLA.

Où est la reine ?


CHARMION, montrant Cléopâtre.

Vous la voyez, seigneur.

Charmion sort.

CLÉOPÂTRE.

Dolabella ?


DOLABELLA.

— Madame, fidèle au serment que vous avez exigé de moi — et que mon affection se fait scrupule de tenir, — je viens vous prévenir que César a décidé — de reprendre son chemin par la Syrie ; dans trois jours, — il vous enverra devant, vous et vos enfants. — Faites votre profit de cet avis : j’ai rempli — votre désir et ma promesse.


CLÉOPÂTRE.

Dolabella, — je resterai votre débitrice.


DOLABELLA.

Et moi, votre serviteur. — Adieu, bonne reine ; il faut que je retourne auprès de César.


CLÉOPÂTRE.

— Adieu et merci.

Dolabella sort.

Eh bien ! Iras, qu’en penses-tu ? — Marionnette égyptienne, tu vas être exhibée — dans Rome, ainsi que moi : de misérables artisans, — avec des tabliers, des équerres et des marteaux crasseux, nous — hisseront à la portée de tous les regards ; leurs haleines épaisses, — rancies par une nourriture grossière, feront un nuage autour de nous, — et nous serons forcées d’en aspirer la vapeur.