Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/224

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

explications frivoles, — je ne veux plus dormir… Je ruinerai cette mortelle demeure, — en dépit de César. Sachez-le, monsieur, je ne veux pas — paraître garrottée à la cour de votre maître, — ni me laisser insulter par le regard hautain — de la stupide Octavie. Croient-ils donc qu’ils vont me traîner — et m’exhiber sous les huées de la valetaille — insolente de Rome ? Plutôt avoir un fossé de l’Égypte — pour ma plus douce sépulture ! Plutôt être couchée toute nue — sur la vase du Nil et y devenir la proie horrible des moustiques ! Plutôt avoir — pour gibet les hautes pyramides de mon pays — et y être pendue à des chaînes !


PROCULÉIUS.

Vous vous créez — des terreurs dont l’exagération vous sera prouvée — par César.


Entre Dolabella.

DOLABELLA.

Proculéius, — César, ton maître, sait ce que tu as fait — et t’envoie demander. Quant à la reine, — je la prends sous ma garde.


PROCULÉIUS.

Soit ! Dolabella, — j’y consens de grand cœur… Soyez bon pour elle.

À Cléopâtre.

— Je dirai à César ce qui vous plaira, — si vous voulez m’employer près de lui.


CLÉOPÂTRE.

Dites-lui que je voudrais mourir.

Proculéius sort.

DOLABELLA.

— Très-noble impératrice, vous avez entendu parler de moi ?