Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/221

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CÉSAR.

— Laissez ; je me rappelle maintenant — à quelle mission il est employé : il sera prêt à temps… — Venez avec moi dans ma tente : vous verrez — avec quelle répugnance je me suis engagé dans cette guerre ; — quel calme et quelle douceur j’ai toujours montrés — dans mes lettres. Venez avec moi : vous verrez — les preuves que je puis vous donner.

Ils sortent.

Scène XXXVIII.


[L’intérieur du monument funèbre. Au fond une grille.]


Entrent Cléopâtre, Charmion et Iras.

CLÉOPÂTRE.

— Ma désolation commence à prendre — meilleur courage. Chose misérable que d’être César ! — Il n’est pas la Fortune, il n’est que son valet, — le ministre de ses caprices ! En revanche, il est grand — d’accomplir l’acte qui met fin à tous les autres, — l’acte qui garrotte les accidents et verrouille les vicissitudes, — l’acte qui endort et dégoûte à jamais de la fange — qu’ont pour nourrice le mendiant et César.


Proculéius, Gallus et des soldats entrent au fond du théâtre et se placent derrière la grille.

PROCULÉIUS, du dehors.

— César envoie saluer la reine d’Égypte — et l’invite à réfléchir aux demandes — qu’elle désire se voir accordées par lui.


CLÉOPÂTRE, de l’intérieur du monument.

Quel est ton nom ?