Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/209

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ANTOINE.

— Approche donc ; car je ne puis être guéri que par une blessure. — Tire cette honnête épée que tu as portée — si utilement pour ton pays.


ÉROS.

Oh ! grâce, seigneur !


ANTOINE.

— Quand je t’ai affranchi, n’as-tu pas juré — de faire cela dès que je t’en requerrais ? Fais-le donc vite ; — ou tous tes services passés ne sont plus pour moi — que des hasards involontaires. Tire ton épée et approche.


ÉROS.

— Détourne de moi ce noble visage — où respire la majesté de tout un monde.


ANTOINE, détournant la tête.

Allons !


ÉROS.

— Mon épée est tirée.


ANTOINE.

Qu’elle fasse donc vite — la chose pour laquelle tu l’as tirée.


ÉROS.

Mon maître chéri, — mon capitaine et mon empereur ! laissez-moi, — avant de frapper ce coup sanglant, laissez-moi vous dire adieu.


ANTOINE.

C’est dit, l’ami : adieu.


ÉROS.

— Adieu, grand chef. Frapperai-je maintenant ?


ANTOINE.

Maintenant, Éros !


ÉROS.

— Eh bien donc, voilà !

Il se jette sur son épée.