Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/205

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

faites-lui dire que vous êtes morte. — La séparation de l’âme et du corps n’est pas plus déchirante — que la perte de la grandeur.


CLÉOPÂTRE.

Au tombeau ! — Mardian, va lui annoncer que je me suis tuée ; — dis-lui que mon dernier mot a été : Antoine ! — et, je t’en prie, attendris-le par ton récit. Pars, — Mardian, et reviens m’apprendre comment il prend ma mort. — Au tombeau !

Tous sortent.

Scène XXXV.


[Alexandrie. Dans le palais d’Antoine.]


Entrent Antoine et Éros.

ANTOINE.

— Éros, tu me vois encore ?


ÉROS.

— Oui, noble seigneur.


ANTOINE.

— Nous voyons parfois un nuage qui ressemble à un dragon, — parfois une vapeur ayant la forme d’un ours ou d’un lion, — d’une citadelle flanquée de tours, d’une roche pendante, — d’une montagne dentelée ou d’un bleu promontoire — couronné d’arbres qui font des signes au monde — et jettent à nos regards une aérienne moquerie ! Tu as vu ces météores ; — ce sont les spectacles du sombre Vesper.


ÉROS.

Oui, monseigneur.


ANTOINE.

— Rien que le temps d’y penser, et ce qui tout à