Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/190

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PREMIER SOLDAT.

Avançons ! Voyons si les autres sentinelles — entendent comme nous.

Ils s’avancent dans la direction d’un autre poste.

DEUXIÈME SOLDAT, appelant.

Eh bien, camarades ?


PLUSIEURS SOLDATS, répondant à la fois.

Eh bien ! — Eh bien ! entendez-vous ?


PREMIER SOLDAT.

Oui. N’est-ce pas étrange ?


TROISIÈME SOLDAT.

— Entendez-vous, camarades ? entendez-vous ?


PREMIER SOLDAT.

— Suivons le bruit jusqu’à la limite de nos quartiers : — voyons comment il cessera.


PLUSIEURS SOLDATS.

Volontiers : voilà qui est étrange.

Tous sortent.

Scène XXVII.


[Alexandrie. Dans le palais. Le jour se lève.]


Entrent Antoine et Cléopâtre suivis de Charmion et d’autres.

ANTOINE.

— Éros ! mon armure, Éros !


CLÉOPÂTRE.

Dormez un peu.


ANTOINE.

— Non, ma poule… Éros, viens donc ; mon armure, Éros !