Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/189

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Entrent deux autres soldats.

DEUXIÈME SOLDAT, aux nouveaux venus.

— Soldats, — attention au poste !


TROISIÈME SOLDAT.

Attention, vous aussi ! Bonne nuit, bonne nuit.

Les deux premiers soldats se mettent en faction au fond du théâtre.

QUATRIÈME SOLDAT, au troisième.

— Nous ici !

Ils se postent sur le devant de la scène.

Si demain — notre flotte l’emporte, j’ai la conviction absolue — que nos gens de terre tiendront bon.


TROISIÈME SOLDAT.

C’est une brave armée, — et pleine de résolution…

Musique de hautbois sous la scène.

QUATRIÈME SOLDAT.

Silence ! quel est ce bruit ?


PREMIER SOLDAT.

Écoutez ! écoutez !


DEUXIÈME SOLDAT.

— Chut !


PREMIER SOLDAT.

De la musique dans l’air !


TROISIÈME SOLDAT.

Sous terre !


QUATRIÈME SOLDAT.

C’est bon signe, — n’est-ce pas ?


TROISIÈME SOLDAT.

Non.


PREMIER SOLDAT.

Paix, vous dis-je ! Qu’est-ce que cela signifie ?


DEUXIÈME SOLDAT.

— C’est le dieu Hercule, tant aimé d’Antoine, — qui l’abandonne aujourd’hui (26).