Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/177

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

ber en spectacle — aux prises avec un bretteur ! Je le vois, le jugement des hommes — s’altère avec leur fortune ; et les dignités extérieures — entraînent les facultés intérieures après elles — dans la déchéance. Comment a-t-il pu rêver, — ayant l’intelligence des proportions, que César en sa plénitude — se mesurerait avec son dénûment !… César, tu as vaincu — sa raison aussi.


Entre un Serviteur.

LE SERVITEUR.

Un envoyé de César.


CLÉOPÂTRE.

— Quoi ! sans plus de cérémonie ! Voyez mes femmes, — ils se bouchent le nez devant la rose épanouie, — ceux qui l’adoraient en bouton… Introduisez-le, monsieur.

Le serviteur sort.

ÉNOBARBUS.

— Mon honnêteté et moi, nous commençons à nous quereller. — La loyauté qui reste dévouée aux fous fait — de notre foi une pure folie… Pourtant, celui qui a la force — de garder allégeance à son seigneur déchu — est le vainqueur du vainqueur de son maître — et gagne une place dans l’histoire !

Entre Thyréus.

CLÉOPÂTRE.

La volonté de César ?


THYRÉUS.

— Écoutez-la en particulier.


CLÉOPÂTRE.

Il n’y a ici que des amis ; parlez hardiment.


THYRÉUS.

— Peut-être aussi sont-ils les amis d’Antoine.