Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/173

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ANTOINE.

— Ne pleure pas, te dis-je ; une seule de tes larmes vaut — tout ce qui a été gagné et perdu. Donne-moi un baiser… — Voici ce qui me dédommage… J’ai envoyé le précepteur de nos enfants ; — est-il de retour ?… Mon amour, je ne sais quel plomb pèse sur moi… — Du vin, holà ! et à souper !… La fortune sait — que, plus elle menace, plus je la nargue.

Ils sortent.

Scène XXII.


[Le camp de César en Égypte.]


Entrent César, Dolabella, Thyréus et d’autres.

CÉSAR.

— Qu’on fasse paraître l’envoyé d’Antoine !

À Dolabella.

— Le connaissez-vous ?


DOLABELLA.

César, c’est son maître d’école ! — Jugez à quel point il est dépouillé, puisqu’il vous — envoie une si pauvre plume de son aile, — lui qui pour messager avait des rois à foison, il y a quelques lunes à peine !

Entre Euphromus.

CÉSAR.

Approche et parle.


EUPHRONIUS.

— Si peu que je sois, je viens de la part d’Antoine ; — j’étais naguère aussi insignifiant pour ses desseins — que la goutte de rosée perdue sur la feuille du myrte — l’est pour cette vaste mer.