Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/169

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ÉNOBARBUS.

Hélas ! hélas !


Entre Canidius.

CANIDIUS.

— Notre fortune sur mer a perdu le souffle — et sombre lamentablement. Si notre général s’était montré — ce qu’il était jadis, tout aurait bien été. — Oh ! il nous a donné l’exemple de la fuite — bien lâchement.


ÉNOBARBUS, à part.

— Ah ! vous en êtes là ? alors, bonsoir — cette fois !


CANIDIUS.

Ils se sont enfuis vers le Péloponèse.


SCARUS.

— La route en est aisée, et j’irai y attendre — l’événement.


CANIDIUS.

Je vais me rendre à César — avec mes légions et ma cavalerie ; six rois déjà — m’ont montré la voie de la soumission.


ÉNOBARBUS.

Moi, je veux suivre encore — la fortune blessée d’Antoine, bien que ma raison — se tourne avec le vent contre moi.

Ils sortent.

Scène XXI.


[Alexandrie. Dans le palais.]


Entrent Antoine et plusieurs serviteurs.

ANTOINE.

— Écoutez ! la terre me somme de ne plus la fouler ! — Elle a honte de me porter !… Amis, approchez ! — Je