Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/166

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ANTOINE.

Bien, bien. Partons.

Sortent Antoine, Cléopâtre et Énobarbus.

LE SOLDAT.

— Par Hercule, je crois que je suis dans le vrai.


CANIDIUS.

— Oui, soldat. Mais ses actions n’obéissent plus — à leur règle légitime. Notre meneur est mené, — et nous sommes les soldats des femmes.


LE SOLDAT.

Vous commandez sur terre — les légions et toute la cavalerie, n’est-ce pas ?


CANIDIUS.

— Marcus Octavius, Marcus Justeius, — Publicola et Célius tiennent sur mer ; — nous, nous commandons toutes les forces de terre. Cette rapidité de César — passe toute croyance.


LE SOLDAT.

Quand il était encore à Rome, — son armée s’acheminait par petits détachements, de manière — à dépister tous les éclaireurs.


CANIDIUS.

Quel est son lieutenant, savez-vous ?


LE SOLDAT.

— Un nommé Taurus, dit-on.


CANIDIUS.

Oh ! je connais l’homme.


Entre un Messager.

LE MESSAGER.

L’empereur demande Canidius.


CANIDIUS.

— Le temps est en travail d’événements et il en enfante — à chaque minute.

Ils sortent.