Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/162

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

dans Rome vous aiment et vous plaignent. — Seul l’adultère Antoine, dans l’excès — de ses abominations, vous renie — et abandonne sa puissance à une impure — qui le fait gronder contre nous.


OCTAVIE.

Est-il vrai, seigneur ?


CÉSAR.

— Rien de plus certain. Sœur, soyez la bienvenue : je vous en prie, — ne perdez jamais patience… Ma sœur bien-aimée !

Ils sortent.

Scène XIX.


[Le camp d’Antoine, près d’Actium.]


Entrent Cléopâtre et Énobarbus.

CLÉOPÂTRE.

— Je ne te tiens pas quitte, sois-en sûr.


ÉNOBARBUS.

Mais pourquoi ? pourquoi ? pourquoi ?


CLÉOPÂTRE.

— Tu t’es opposé à ma présence dans cette guerre, et — tu as dit qu’elle n’était pas convenable.


ÉNOBARBUS.

Voyons, l’est-elle ? l’est-elle ?


CLÉOPÂTRE.

— À moins qu’il n’y ait exception contre moi, — pourquoi ne devrais-je pas être ici en personne ?


ÉNOBARBUS, à part.

— Je sais bien ce que je pourrais répondre. — Si nous allions en guerre avec les chevaux et les juments tout en-