Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/156

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

drait pour vous ne pas m’avoir — que m’avoir ainsi dégradé. Mais, comme vous le demandez, — vous pouvez intervenir entre nous. Pendant ce temps, madame, — je ferai des préparatifs de guerre — qui contiendront votre frère. Mettez-y toute votre diligence. — Ainsi vos désirs sont exaucés.


OCTAVIE.

Merci à mon seigneur ! — Que le puissant Jupiter fasse par moi, bien faible, bien faible femme, — votre réconciliation. La guerre entre vous deux, ce serait — comme si le monde s’entr’ouvrait et qu’il fallût combler le gouffre — avec des cadavres.


ANTOINE.

— Dès que vous reconnaîtrez le moteur de ceci, — tournez de son côté votre déplaisir : car nos fautes — ne peuvent jamais être tellement égales que votre affection — flotte également entre elles. Préparez votre départ ; — choisissez votre cortège et faites, coûte que coûte, les commandes — dont vous aurez fantaisie.

Ils sortent.

Scène XVII.


[Athènes. Une autre partie du palais.]


Énobarbus et Éros se rencontrent.

ÉNOBARBUS.

Eh bien, ami Éros !


ÉROS.

Il est arrivé d’étranges nouvelles, messire.


ÉNOBARBUS.

Quoi donc, l’homme ?