Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/153

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CLÉOPÂTRE.

— Je le crois, Charmion : voix sourde et taille naine !… — Quelle majesté a sa démarche ? Rappelle-toi, — si jamais tu as vu la vraie majesté.


LE MESSAGER.

Elle se traîne : — sa marche ne fait qu’un avec son repos : elle a un corps plutôt qu’une animation : — c’est une statue plutôt qu’une vivante.


CLÉOPÂTRE.

Est-ce certain ?


LE MESSAGER.

— Oui, ou je ne sais pas observer.


CHARMION.

Il n’est pas en Égypte trois hommes dont le diagnostic soit plus sûr.


CLÉOPÂTRE.

Il s’y connaît bien, — je m’en aperçois… Il n’y a encore rien en elle… — Le gaillard a un bon jugement.


CHARMION.

Excellent.


CLÉOPÂTRE, au messager.

— Estime son âge, je t’en prie.


LE MESSAGER.

Madame, — elle était veuve…


CLÉOPÂTRE.

Veuve ?… Charmion, tu entends.


LE MESSAGER.

— Et je crois qu’elle a bien trente ans !


CLÉOPÂTRE.

— As-tu sa figure dans l’esprit ? est-elle longue ou ronde ?


LE MESSAGER.

— Ronde jusqu’à l’excès.