Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/131

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

mion ! — Si, d’un côté, il a le masque de Gorgone, — de l’autre, c’est Mars pour moi !…

À Mardian.

Dis à Alexas — de me rapporter quelle taille elle a… Plains-moi, Charmion, — mais ne me parle pas… Menez-moi dans ma chambre.

Ils sortent.

Scène XI.


[Près du cap de Misène.]


Pompée et Ménas arrivent d’un côté, au son des tambours et des trompettes ; de l’autre, César, Lépide, Antoine, Énobarbus, Mécène avec une escorte de soldats.

POMPÉE.

— J’ai vos otages, vous avez les miens, — et nous allons causer avant de combattre (11).


CÉSAR.

Il est fort juste — que nous en venions d’abord aux paroles ; aussi t’avons-nous — envoyé d’avance nos propositions écrites ; — pour peu que tu les aies examinées, fais-nous savoir — si elles suffisent pour enchaîner ton épée mécontente — et ramener en Sicile toute cette belle jeunesse — qui autrement devra périr ici.


POMPÉE.

Écoutez-moi, vous trois, — seuls sénateurs de ce vaste univers, — agents suprêmes des dieux : je ne vois pas — pourquoi mon père manquerait de vengeurs, — lui qui a laissé un fils et des amis, quand Jules-César, qui apparut au bon Brutus à Philippes, — vous a vus là travailler pour lui. Qu’est-ce — qui poussa le pâle Cassius à conspirer ? Qu’est-ce qui — décida le très-honoré,