Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/127

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE MESSAGER.

Madame, il est bien.


CLÉOPÂTRE.

Bien dit.


LE MESSAGER.

— Et l’ami de César.


CLÉOPÂTRE.

Tu es un honnête homme.


LE MESSAGER.

— César et lui sont plus grands amis que jamais.


CLÉOPÂTRE.

— Fais-toi une fortune avec moi !


LE MESSAGER.

Mais, madame…


CLÉOPÂTRE.

— Je n’aime pas ce mais,… il affaiblit — un si bon commencement. Fi de ce mais ! — Ce mais est comme un geôlier qui va produire — quelque monstrueux malfaiteur. Je t’en prie, ami, — verse toute ta charge dans mon oreille, — le bien et le mal à la fois. Il est ami avec César, — en pleine santé, dis-tu, et libre, dis-tu ?


LE MESSAGER.

— Libre, madame ! non ; je n’ai point fait un pareil rapport ; — il est attaché à Octavie.


CLÉOPÂTRE.

Pour quel bon office ?


LE MESSAGER.

— Pour le meilleur, l’office du lit.


CLÉOPÂTRE.

Je pâlis, Charmion.


LE MESSAGER.

— Madame, il est marié à Octavie.


CLÉOPÂTRE.

— Que la peste la plus venimeuse fonde sur toi !

Elle le frappe et le terrasse.