Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/110

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Scène VII.


[Rome. Chez Lépide.]


Entrent Énobarbus et Lépide.

LÉPIDE.

— Énobarbus, vous feriez un acte méritoire — et digne de vous en implorant de votre capitaine — un langage doux et conciliant.


ÉNOBARBUS.

Je l’engagerai — à répondre comme il lui sied : si César l’irrite, — qu’Antoine regarde par-dessus la tête de César, — et parle aussi haut que Mars ! Par Jupiter, — si j’étais porteur de la barbe d’Antoine, — je ne me raserais pas aujourd’hui.


LÉPIDE.

Ce n’est pas le moment — des rancunes privées.


ÉNOBARBUS.

Tout moment — est bon pour la question qu’il fait naître.


LÉPIDE.

— Mais les petites questions doivent céder la place aux grandes.


ÉNOBABBUS.

— Non, si les petites viennent les premières.


LÉPIDE.

Notre langage est tout de passion. — Mais, je vous en prie, ne remuez pas les cendres. Voici venir — le noble Antoine.


Entrent Antoine et Ventidius.

ÉNOBARBUS.

Et puis, là-bas, César.