Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/107

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

pares encore à César — mon préféré entre les hommes.


CHARMION.

Avec votre très-gracieuse indulgence, — je ne fais que répéter vos refrains.


CLÉOPÂTRE.

J’étais alors aux jours de ma primeur, — dans toute la verdeur de mon inexpérience… Il faut avoir le sang glacé — pour dire ce que je disais alors… Mais viens, sortons. — Procure-moi de l’encre et du papier : il aura tous les jours — un message de moi, dussé-je dépeupler l’Égypte.


Scène VI.


[Messine. Dans la maison de Pompée.]


Entrent Pompée, Ménécrate et Ménas.

POMPÉE.

— Si les dieux grands sont justes, ils appuieront — les actes des hommes justes.


MÉNÉCRATE.

Croyez-bien, digne Pompée, — que ce qu’ils diffèrent, ils ne le refusent pas.


POMPÉE.

— Tandis que nous sommes suppliants au pied de leur trône, elle dépérit, — la cause pour laquelle nous supplions.


MÉNÉCRATE.

Ignorants de nous-mêmes, — nous implorons souvent notre propre malheur, et les puissances tutélaires — nous refusent pour notre bien : ainsi nous trouvons profit — à l’insuccès de nos prières.