Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/9

Cette page a été validée par deux contributeurs.





À CELLE QUI EST RESTÉE EN EXIL





SON FRÈRE QUI L’AIME ET QUI L’ADMIRE


F.-V. H.