Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/67

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le bourreau prit un certain nombre d’épingles qu’il enfonça à la place où n’étaient plus les ongles du patient. Le docteur n’avoua rien encore.

Alors le bourreau prit des dés à vis et broya le bout des doigts sanglants de l’accusé. Le docteur avoua tout.

Il reconnut qu’il avait conspiré avec Satan pour empêcher le roi de rejoindre la reine ; qu’il avait servi de secrétaire au diable dans le fameux meeting de North Berwick ; qu’il avait joué de la harpe (une harpe juive) tandis que les sorcières dansaient une ronde infernale sur l’air traditionnel :

Cummer, gang ye before: cummer, gang ye!
Gif ye will not gang before, cummer, let me!

« Commère, allez devant : commère, allez ! Si vous n’allez pas devant, commère, laissez-moi passer ! »

Le docteur convint enfin que c’était lui qui, en jetant à la mer une sorte de ballon lumineux, avait produit le brouillard dans lequel le vaisseau du roi avait été enveloppé pendant trente heures, au risque de se perdre contre la côte de Norwége.

L’interrogatoire étant terminé, la justice prononça la sentence. L’arrêt fut terrible. Tous les accusés, parmi lesquels était dame Mac Calzean, furent condamnés à être brûlés vifs.

Au mois de janvier 1591, vingt-neuf personnes, hommes, femmes, jeunes filles, enfants, furent entassées sur un bûcher monstre dressé pendant les fêtes du couronnement.

Ce fut le feu de joie de ces fêtes.

Quand ce feu fut éteint, le vent du soir dispersa dans toute la ville d’Édimbourg et jeta jusqu’aux fenêtres du palais d’Holyrood les cendres encore chaudes de ces