Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/260

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ploie — à un tour du même genre. Va, ramène la bande, — sur laquelle je t’ai donné pouvoir, ici, à cette place ; — excite-la à un rapide élan, car il faut — que je mette sous les yeux de ce jeune couple — quelque illusion de mon art : c’est une promesse — dont ils attendent de moi l’exécution.


ARIEL

Tout de suite ?


PROSPERO

— Oui, en un clin d’œil.


ARIEL

— Avant que vous ayez dit : Va et viens ! — et respiré deux fois et crié : Oui, oui ! — tous, glissant sur la pointe du pied, — nous serons ici avec une moue et une grimace. — M’aimez-vous, maître ? Non ?


PROSPERO

— Tendrement, mon délicat Ariel… N’approche pas — avant que je t’appelle.


ARIEL

Bien. Je comprends.

Ariel sort.



PROSPERO, à Ferdinand

— Songe à ta parole. À tes tendresses ne lâche pas — trop les rênes. Les serments les plus forts sont de la paille — pour le feu des sens : sois plus réservé, — ou autrement bonsoir votre promesse !


FERDINAND

Rassurez-vous, monsieur ! — La froide neige virginale que je presse sur mon cœur — abat l’ardeur de mon sang.


PROSPERO

Bien. — Viens maintenant, mon Ariel ; renforce ta troupe d’esprits, — que nous n’en soyons pas à court. Parais, et prestement !