Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/249

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



STEPHANO

Trinculo, ne te jette pas dans un plus grand danger. Si tu interromps le monstre d’un mot encore, par ce poing ! je mets ma miséricorde à la porte, et je fais de toi un stockfiche.


TRINCULO

Comment ! qu’est-ce que j’ai fait ? Je n’ai rien fait… Je m’en vais plus loin.


STEPHANO

N’as-tu pas dit qu’il mentait ?


ARIEL

Tu mens.


STEPHANO

Je mens ? tiens, attrape ça.

Il frappe Trinculo.

Si tu aimes ça, donne-moi encore un démenti.


TRINCULO

Je ne t’ai pas donné de démenti… Vous avez donc perdu l’esprit et l’ouïe ? Peste soit de votre bouteille ! Voilà l’effet du canarie et de la boisson. Que le farcin tombe sur votre monstre, et que le diable vous emporte les doigts.


CALIBAN

Ha ! ha ! ha !


STEPHANO, à Caliban

Maintenant, continue ton histoire.

À Trinculo.

Je t’en prie, tiens-toi plus loin.


CALIBAN

— Bats-le comme il faut : dans un instant, — je le battrai à mon tour. —


STEPHANO, à Trinculo

Tiens-toi plus loin.

À Caliban.

Continue.