Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/246

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nous ne sommes que cinq habitants ; en voici trois. Si les deux autres sont aussi écervelés que nous, l’État est bien chancelant.


STEPHANO

Bois, valet-monstre, quand je te le dis. Tu as les yeux presque enchâssés dans la tête.


TRINCULO

À quel autre endroit pourrait-il les avoir ? Ce serait un joli monstre, pour le coup, s’il les avait à la queue.


STEPHANO

Mon homme-monstre a noyé sa langue dans le vin. Quant à moi, la mer même ne peut pas me noyer : avant de pouvoir rattraper la côte, j’ai nagé trente-cinq lieues en louvoyant, j’en jure par le jour ! Tu seras mon lieutenant, monstre, ou mon enseigne.


TRINCULO

Votre lieutenant, si vous voulez. Car il ferait une vilaine enseigne.


STEPHANO

Nous n’allons pas courir, monsieur le monstre.


TRINCULO

Ni même marcher, mais vous allez vous coucher comme des chiens, et vous ne direz rien ni l’un ni l’autre.


STEPHANO

Veau de la lune, parle une fois dans ta vie, es-tu un bon veau de la lune ?


CALIBAN

Comment va ta seigneurie ? Laisse-moi lécher ton soulier… Je ne veux pas le servir, lui ; il n’est pas vaillant.


TRINCULO

Tu mens, monstre ignorant ; je suis en état de rosser un constable. Dis-moi, toi, poisson de débauche, y a-t-il jamais eu un homme lâche qui ait bu autant de vin que