Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/231

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


obéissant, — le mettre au lit pour toujours ; tandis que, faisant de même,

Montrant Gonzalo.

Vous pourriez fermer à jamais les yeux — de ce vieux débris, de ce sire Prudence, qui alors — ne nous reprocherait pas notre procédé… Quant à tous les autres, — ils accepteront notre inspiration, comme un chat boit du lait ; — ils marqueront la minute à toute affaire — dont nous déclarerons l’heure venue.


SÉBASTIEN

Ton exemple, cher ami, — me servira de précédent : comme tu as obtenu Milan, — je gagnerai Naples. Tire ton épée : un coup — t’affranchira du tribut que tu payes, — et moi, le roi, je t’aimerai.


ANTONIO

Dégainons ensemble. — Et, quand je lèverai le bras, vous, faites de même, — et tombez sur Gonzalo.


SÉBASTIEN

Oh ! un mot encore.

Ils se parlent à l’écart.
Musique. Rentre Ariel invisible.



ARIEL

— Mon maître a prévu par son art le danger — qui menace ici ses amis, et il m’envoie — (autrement son projet périrait) pour leur sauver la vie.

Il chante à l’oreille de Gonzalo.

Tandis que vous gisez ici ronflant,
La conspiration a l’œil ouvert
Et choisit son moment.
Si de la vie vous avez souci,
Secouez ce sommeil et prenez garde.
Éveillez-vous ! Éveillez-vous !