Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/225

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


épée, ni pique, ni couteau, ni mousquet, ni besoin d’aucun engin. — Mais ce serait la nature qui produirait par sa propre fécondité tout à foison, tout en abondance — pour nourrir mon peuple innocent.


SÉBASTIEN, à Antonio

Pas de mariage parmi ses sujets ?


ANTONIO

— Non, mon cher. Tous fainéants ! putains et chenapans !


GONZALO, à Alonso

— Je gouvernerais avec une telle perfection, seigneur, — que l’âge d’or serait dépassé.


SÉBASTIEN

Dieu garde sa majesté !


ANTONIO

— Vive Gonzalo !


GONZALO, à Alonso

Et… me suivez-vous, seigneur ? —


ALONSO

Je t’en prie, assez ! tu ne me parles que de riens.


GONZALO

Je crois volontiers votre altesse, et je voulais seulement prouver à ces messieurs, qui ont les poumons si sensibles et si agiles, qu’ils sont toujours prêts à rire de rien.


ANTONIO

C’est de vous que nous avons ri.


GONZALO

En fait de bouffonnerie, près de vous que suis-je ? rien. Vous pouvez donc continuer, c’est toujours de rien que vous rirez.


ANTONIO

Quel coup il a donné là !