Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/220

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



GONZALO, à Alonso

Mais la merveille de tout ceci, celle qui est presque incroyable…


SÉBASTIEN

Comme beaucoup de merveilles garanties.


GONZALO

C’est que nos vêtements, après avoir été trempés dans la mer, gardent néanmoins leur fraîcheur et leur éclat, et sont plutôt teints à neuf que tachés par l’eau salée.


ANTONIO

Si seulement une de ses poches pouvait parler, ne dirait-elle pas qu’il ment ?


SÉBASTIEN

Oui, à moins qu’elle n’empochât le mensonge.


GONZALO, à Alonso

Nos vêtements sont aussi frais, ce me semble, que quand nous les mîmes pour la première fois en Afrique au mariage de la fille du roi, la belle Claribel, avec le roi de Tunis.


SÉBASTIEN

Ç’a été un mariage bien agréable et nous avons beaucoup de chance au retour !


ADRIEN

Jamais Tunis ne fut honorée d’une reine aussi accomplie.


GONZALO

Non, depuis le temps de la veuve Didon.


ANTONIO, s’emportant

La veuve ? que la vérole l’étouffé ! D’où donc sort cette veuve-là ? La veuve Didon !


SÉBASTIEN, à Antonio

Eh bien, quand il aurait dit qu’Énée aussi était veuf ? Comme vous prenez cela, bon Dieu !