Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/219

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ANTONIO

Il ne pouvait manquer le mot.


ADRIEN, à Alonso

Le climat doit y être tempéré, subtil et délicat.


ANTONIO

La délicatesse va bien avec la tempérance.


SÉBASTIEN

Oui, et la subtilité, comme il l’a déclaré fort savamment.


ADRIEN

L’air nous caresse ici du souffle le plus suave.


SÉBASTIEN

Comme s’il avait les poumons pourris.


ANTONIO

Ou comme s’il était parfumé par un marais.


GONZALO

Ici se trouve toute chose favorable à la vie.


ANTONIO

C’est vrai, hormis les moyens de vivre.


SÉBASTIEN

Il n’y en a pas où il n’y en a guère.


GONZALO

Comme l’herbe paraît vivace et luxuriante ! comme elle est verte !


ANTONIO

C’est vrai, la terre est jaune.


SÉBASTIEN

Avec un œil de vert.


ANTONIO

Il ne se trompe pas de beaucoup.


SÉBASTIEN

Non, il ne se trompe que totalement.