Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/218

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ANTONIO

Fi ! qu’il est prodigue de sa langue !


ALONSO, à Gonzalo

De grâce, épargne-moi.


GONZALO

Soit ! j’ai fini, mais pourtant….


SÉBASTIEN, bas à Antonio

Il va encore parler.


ANTONIO, bas à Sébastien

Un bon pari à faire ! Qui de lui ou d’Adrien chantera le premier ?


SÉBASTIEN

Ce sera le vieux coq.


ANTONIO

Ce sera le jeune coq.


SÉBASTIEN

Allons ! que parions-nous ?


ANTONIO

Un éclat de rire.


SÉBASTIEN

Je tiens.


ADRIEN, à Alonso

Quoique cette île semble déserte…


SÉBASTIEN

Ha ! ha ! ha !


ANTONIO, à Sébastien

C’est bien, vous avez payé.


ADRIEN, à Alonso

Inhabitable et presque inaccessible…


SÉBASTIEN, devançant Adrien

Pourtant…


ADRIEN, à Alonso

Pourtant…