Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/217

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— se voit communément : chaque jour, la femme d’un marin, — le patron d’un navire marchand, le marchand lui-même — ont juste notre thème de douleur. Mais quant au miracle — de notre préservation, bien peu sur des millions — pourraient raconter le pareil. Donc, bon seigneur, mettons sagement — la consolation en balance avec le chagrin.


ALONSO

Paix, je te prie !


SÉBASTIEN

Il accueille la consolation comme un potage froid.


ANTONIO

Le consolateur ne l’en lâchera pas plus vite.


SÉBASTIEN

Regardez, il monte l’horloge de son esprit : dans un instant, elle va sonner.


GONZALO

Seigneur…


SEBASTIEN

Un coup !


GONZALO, à Alonso

— Quand tout chagrin qui se présente est ainsi entretenu, — savez-vous ce qu’on en recueille ?


SÉBASTIEN

Des dollars !


GONZALO

Des douleurs !

À Sébastien.

Vous avez dit plus vrai que vous ne pensiez.


SÉBASTIEN

Vous avez relevé la chose plus adroitement que je ne voulais.


GONZALO, à Alonso

Ainsi, monseigneur…