Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/205

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PROSPERO

— Avant que le temps soit fini ? Assez !


ARIEL

Je t’en prie, — souviens-toi comme je t’ai dignement servi. — Je ne t’ai pas dit de mensonges ni fait de bévues ; je t’ai obéi — sans rancune, sans murmure. Tu m’as promis — de me rabattre une année entière.


PROSPERO

Oublies-tu — de quelle torture je t’ai délivré ?


ARIEL

Non.


PROSPERO

— Si fait, car tu comptes — pour beaucoup de fouler le limon des profondeurs salées, — de courir sur le vent aigu du Nord, — et de faire mes commissions dans les veines de la terre, — quand elle est cuite par la gelée.


ARIEL

Non, monsieur.


PROSPERO

— Tu mens, être malin. As-tu oublié — la hideuse sorcière Sycorax, que l’envie et l’âge — courbaient en cerceau ? L’as-tu oubliée ?


ARIEL

— Non, monsieur.


PROSPERO

Si fait… Où est-elle née ? Parle ! dis-moi.


ARIEL

— Monsieur, à Alger.


PROSPERO

Oui-dà ? Je suis forcé, — une fois par mois, de te raconter ce que tu étais : — tu l’oublies toujours. Cette damnée sorcière Sycorax, — pour nombre de méfaits, pour des sorcelleries terribles — à l’oreille humaine, fut, tu le sais, — bannie d’Alger : quelque chose qu’elle fit