Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/194

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Entrent des Matelots tout mouillés.



LES MATELOTS

Tout est perdu ! En prière ! en prière ! Tout est perdu !

Ils sortent.

LE BOSSEMAN

Quoi ! nos bouches doivent-elles déjà se glacer ?


GONZALO

— Le roi et le prince en prières ! joignons-nous à eux, — car notre cas est comme le leur.


SÉBASTIEN

Ma patience est à bout.


ANTONIO

— Ces ivrognes-là nous ont simplement escamoté la vie ! — Misérable braillard ! puisses-tu n’être plus qu’un noyé, — lavé par dix marées !


GONZALO

Non ! il sera pendu, — quand chaque goutte d’eau jurerait le contraire — et s’entr’ouvrirait toute grande pour l’engloutir !


CRIS CONFUS DANS L’INTÉRIEUR

Miséricorde !… — Nous nous brisons ! nous nous brisons ! … Adieu, ma femme, mes enfants !… — Adieu, frère !… Nous nous brisons ! nous nous brisons ! nous nous brisons !

Le Bosseman sort.

ANTONIO

— Abîmons-nous tous avec le roi.

Il sort.

SÉBASTIEN

Prenons congé de lui.

Il sort.

GONZALO

Je donnerais maintenant mille stades de mer pour un