Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/155

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Je suis craint aux champs et à la ville ;
Lutin, menons-les par monts et par vaux.

— En voici un.


Entre Lysandre.



LYSANDRE

— Où es-tu, fier Démétrius ? parle donc à présent.


PUCK

— Ici, manant, l’épée à la main et en garde. Où es-tu ?


LYSANDRE

— Je suis à toi, dans l’instant.


PUCK

— Suis-moi donc — sur un terrain plus égal.

Lysandre sort, comme guidé par la voix.


Entre Démétrius.



DÉMÉTRIUS

Lysandre ! parle encore. — Ah ! fuyard ! ah ! lâche, tu t’es donc sauvé ! — Parle. Dans quelque buisson ? où caches-tu ta tête ?


PUCK

— Ah ! lâche, tu jettes tes défis aux étoiles ; — tu dis aux buissons que tu veux te battre, — et tu ne viens pas ! Viens, poltron ; viens, marmouset ; — je vais te fouetter avec une verge. Il se déshonore, — celui qui tire l’épée contre toi.


DÉMÉTRIUS

Oui-dà ! es-tu là ?


PUCK

— Suis ma voix ; nous verrons ailleurs si tu es un homme.


Ils sortent.