Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/124

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chants, — puis, allez à vos fonctions, et laissez-moi reposer.


chanson.



PREMIÈRE FÉE

Vous, serpents tachetés au double dard,
Hérissons épineux, ne vous montrez pas,
Salamandres, orvets, ne soyez pas malfaisants,
N’approchez pas de la reine des fées.



CHŒUR DES FÉES

Philomèle, avec ta mélodie,
Accompagne notre douce chanson ;
Lulla, Lulla, Lullaby ! Lulla, Lulla, Lullaby !
Que ni malheur, ni charme, ni maléfice
N’atteigne notre aimable dame,
Et bonne nuit, avec Lullaby.



SECONDE FÉE

Araignées fileuses, ne venez pas céans ;
Arrière, faucheux aux longues pattes, arrière !
Noirs escarbots, n’approchez pas.
Vers et limaçons, ne faites aucun dégât.



CHŒUR DES FÉES

Philomèle, avec ta mélodie,
Accompagne notre douce chanson ;
Lulla, Lulla, Lullaby ! Lulla, Lulla, Lullaby !
Que ni malheur, ni charme, ni maléfice
N’atteigne notre aimable dame,
Et bonne nuit, avec Lullaby.



PREMIÈRE FÉE

Maintenant, partons, tout va bien.
Qu’une de nous se tienne à l’écart, en sentinelle !

Les fées sortent. Titania s’endort.