Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/100

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



THÉSÉE, continuant, à Hippolyte.

— Hippolyte, je t’ai courtisée avec mon épée (3), — et j’ai gagné ton amour en te faisant violence ; — mais je veux t’épouser sous d’autres auspices, — au milieu de la pompe, des spectacles et des réjouissances.


Entrent Égée, Hermia, Lysandre et Démétrius.



ÉGÉE

— Heureux soit Thésée, notre duc renommé !


THÉSÉE

— Merci, mon bon Égée ; quelle nouvelle apportes-tu ?


ÉGÉE

— Je viens, tout tourmenté, me plaindre — de mon enfant, de ma fille Hermia.

À Démétrius.

— Avancez, Démétrius.

À Thésée.

Mon noble seigneur, — ce jeune homme a mon consentement pour l’épouser.

À Lysandre.

— Avancez, Lysandre.

À Thésée.

Et celui-ci, mon gracieux duc, — a ensorcelé le cœur de mon enfant.

À Lysandre.

— Oui, c’est toi, toi, Lysandre, toi qui lui as donné ces vers — et qui as échangé avec ma fille des gages d’amour. — Tu as, au clair de lune, chanté sous sa fenêtre — des vers d’un amour trompeur, avec une voix trompeuse : — tu lui as arraché l’expression de sa sympathie avec — des bracelets faits de tes cheveux, des bagues, des babioles, des devises, — des brimborions, des fanfreluches, des bouquets, des bonbons : messagers — d’un