Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/358

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

voilà l’enjeu danois contre l’enjeu français. Et sur quoi ce pari ?


OSRIC

Le roi a parié, monsieur, que, sur douze bottes échangées entre vous et Laertes, celui-ci n’en porterait pas trois de plus que vous ; Laertes a parié vous toucher neuf fois sur douze. Et la question serait soumise à une épreuve immédiate, si votre seigneurie daignait répondre.


HAMLET

Comment ? Si je réponds non ?


OSRIC

Je veux dire, monseigneur, si vous daigniez opposer votre personne à cette épreuve.


HAMLET

Monsieur, je vais me promener ici dans cette salle : si cela convient à sa majesté, voici pour moi l’heure du délassement. Qu’on apporte les fleurets, si ce gentilhomme y consent ; et pour peu que le roi persiste dans sa gageure, je le ferai gagner, si je peux ; sinon, j’en serai quitte pour la honte et les bottes de trop.


OSRIC

Rapporterai-je ainsi votre réponse ?


HAMLET

Dans ce sens-là, monsieur ; ajoutez-y toutes les fleurs à votre goût.


OSRIC

Je recommande mon dévouement à votre seigneurie.

Il sort.

HAMLET

Tout à vous, tout à vous !… Il fait bien de se recommander lui-même ; il n’y a pas d’autres langues pour s’en charger.