Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/346

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

close !… Allez maintenant trouver madame dans sa chambre, et dites-lui qu’elle a beau se mettre un pouce de fard, il faudra qu’elle en vienne à cette figure-là ! Faites-la bien rire avec ça… Je t’en prie, Horatio, dis-moi une chose.


HORATIO

Quoi, monseigneur ?


HAMLET

Crois-tu qu’Alexandre ait eu cette mine-là dans la terre ?


HORATIO

Oui, sans doute.


HAMLET

Et cette odeur-là ?… Pouah !

Il jette le crâne.



HORATIO

Oui, sans doute, monseigneur.


HAMLET

À quels vils usages nous pouvons être ravalés, Horatio ! Qui empêche l’imagination de suivre la noble poussière d’Alexandre jusqu’à la retrouver bouchant le trou d’un tonneau ?


HORATIO

Ce serait une recherche un peu forcée que celle-là.


HAMLET

Non, ma foi, pas le moins du monde : nous pourrions, sans nous égarer, suivre ses restes avec grande chance de les mener jusque-là. Par exemple, écoute : Alexandre est mort, Alexandre a été enterré, Alexandre est retourné en poussière ; la poussière, c’est de la terre : avec la terre, nous faisons de la glaise, et avec cette glaise, en laquelle Alexandre s’est enfin changé, qui empêche de fermer un baril de bière ?