Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/320

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Elle chante.

Son linceul blanc comme la neige des monts…


Entre le Roi.



LA REINE, au roi

Hélas ! regardez, seigneur.


OPHELIA, continuant

Est tout garni de suaves fleurs.
Il est allé au tombeau sans recevoir l’averse
Des larmes de l’amour.


LE ROI

Comment allez-vous, jolie dame ?


OPHÉLIA

Bien. Dieu vous récompense ! On dit que la chouette a été jadis la fille d’un boulanger (21). Seigneur, nous savons ce que nous sommes, mais nous ne savons pas ce que nous pouvons être. Que Dieu soit à votre table !


LE ROI

Quelque allusion à son père !


OPHÉLIA

Ne parlons plus de cela, je vous prie ; mais quand on vous demandera ce que cela signifie, répondez :

Bonjour ! c’est la Saint-Valentin (22).
Tous sont levés de grand matin.
Me voici, vierge, à votre fenêtre,
Pour être votre Valentine.

Alors, il se leva et mit ses habits,
Et ouvrit la porte de sa chambre ;
Et vierge, elle y entra, et puis oncques vierge
Elle n’en sortit.


LE ROI

Jolie Ophélia !