Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/292

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

HAMLET

Ô fils prodigieux, qui peut ainsi étonner sa mère !… Mais cet étonnement de ma mère n’a-t-il pas de suite aux talons ? Parlez.


ROSENCRANTZ

Elle demande à vous parler dans son cabinet, avant que vous alliez vous coucher.


HAMLET

Nous lui obéirons, fût-elle dix fois notre mère. Avez-vous d’autres paroles à échanger avec nous ?


ROSENCRANTZ

Monseigneur, il fut un temps où vous m’aimiez.


HAMLET

Et je vous aime encore, par ces dix doigts filous et voleurs (18).


ROSENCRANTZ

Mon bon seigneur, quelle est la cause de votre trouble ? Vous barrez vous-même la porte à votre délivrance, en cachant vos peines à un ami.


HAMLET

Monsieur, je veux de l’avancement.


ROSENCRANTZ

Comment est-ce possible, quand la voix du roi lui-même vous appelle à lui succéder en Danemark ?


HAMLET

Oui, mais, en attendant, l’herbe pousse, et le proverbe lui-même se moisit quelque peu.

Entrent les Acteurs, chacun avec un flageolet.

HAMLET, continuant.

Ah ! les flageolets !… Voyons-en un.

À Rosencrantz et à Guildenstern qui lui font signe.

Me retirez avec vous ! Pourquoi donc cherchez-vous à