Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/287

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Qu’en ce monde et dans l’autre, une éternelle adversité me poursuive,
Si, une fois veuve, je redeviens épouse !


HAMLET, à Ophélia

Si maintenant elle rompt cet engagement-là !


LE ROI DE LA PIÈCE

Voilà un serment profond. Chère, laissez-moi un moment ;
Ma tête s’appesantit, et je tromperais volontiers
Les ennuis du jour par le sommeil.

Il s’endort.



LA REINE DE LA PIÈCE

Que le sommeil berce ton cerveau,
Et que jamais le malheur ne se mette entre nous deux !

Elle sort.



HAMLET, à la reine

Madame, comment trouvez-vous cette pièce ?


LA REINE

La dame fait trop de protestations, ce me semble.


HAMLET

Oh ! mais elle tiendra parole !


LE ROI

Connaissez-vous le sujet de la pièce ? tout y est-il inoffensif ?


HAMLET

Oui, oui ! Ils font tout cela pour rire ; du poison pour rire ! rien que d’inoffensif !


LE ROI

Comment appelez-vous la pièce ?


HAMLET

La Souricière. Comment ? pardieu ! au figuré. Cette pièce est le tableau d’un meurtre commis à Vienne. Le duc s’appelle Gonzague, sa femme Baptista. Vous allez voir. C’est une œuvre infâme ; mais qu’importe ? Votre Majesté et moi, nous avons la conscience libre cela ne