Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/282

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

ROSENCRANTZ

Oui, monseigneur ; ils attendent votre bon plaisir.


LA REINE

Venez ici, mon cher Hamlet, asseyez-vous près de moi.


HAMLET

Non, ma bonne mère.

Montrant Ophélia.

Voici un métal plus attractif.


POLONIUS, au roi

Oh ! oh ! remarquez-vous cela ?


HAMLET, se couchant aux pieds d’Ophélia

Madame, m’étendrai-je entre vos genoux ?


OPHÉLLA

Non, monseigneur.


HAMLET

Je veux dire la tête sur vos genoux.


OPHÉLIA

Oui, monseigneur.


HAMLET

Pensez-vous que j’eusse dans l’idée des choses grossières ?


OPHELIA

Je ne pense rien, monseigneur.


HAMLET

C’est une idée naturelle de s’étendre entre les jambes d’une fille.


OPHELIA

Quoi, monseigneur ?


HAMLET

Rien.


OPHÉLIA

Vous êtes gai, monseigneur.