Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/266

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Et roulez-en le moyeu arrondi en bas de la colline du ciel,
Aussi bas que chez les démons !


POLONIUS

C’est trop long.


HAMLET

Nous l’enverrons chez le barbier avec votre barbe… Je t’en prie, continue : il lui faut une gigue ou une histoire de mauvais lieu ; sinon, il s’endort… Continue ; arrive à Hécube.


PREMIER COMÉDIEN

Mais celui, oh ! celui qui eût vu la reine emmitouflée…


HAMLET

La reine emmitouflée ?


POLONIUS

C’est bien ! la reine emmitouflée est bien !


PREMIER COMÉDIEN

Courir pieds nus çà et là, menaçant les flammes
Des larmes qui l’aveuglent ; ayant un chiffon sur cette tête
Où était naguère un diadème, et, pour robe,
Autour de ses reins amollis et par trop fécondés,
Une couverture, attrapée dans l’alarme de la crainte ;
Celui qui aurait vu cela, la langue trempée dans le venin,
Aurait déclaré la Fortune coupable de trahison.
Mais si les dieux eux-mêmes l’avaient vue alors
Qu’elle voyait Pyrrhus se faire un jeu malicieux
D’émincer avec son épée les membres de son époux,
Le cri de douleur qu’elle jeta tout à coup
(À moins que les choses de la terre ne les touchent pas du tout),
Aurait trait les larmes des yeux brûlants du ciel
Et le courroux des Dieux (12).


POLONIUS

Voyez donc s’il n’a pas changé de couleur. Il a des larmes dans les yeux ! Assez, je te prie !


HAMLET

C’est bien. Je te ferai dire le reste bientôt.