Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/261

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

GUILDENSTERN

Les acteurs sont là.


HAMLET

Messieurs, vous êtes les bienvenus à Elseneur. Votre main ! Approchez. Les devoirs de l’hospitalité sont la politesse et la cérémonie ; laissez-moi m’acquitter envers vous dans les règles, de peur que ma cordialité envers les comédiens, qui, je vous le déclare, doit être noblement ostensible, ne paraisse dépasser celle que je vous témoigne. Vous êtes les bienvenus ; mais mon oncle-père et ma tante-mère sont dans l’erreur.


GUILDENSTERN

En quoi, mon cher seigneur ?


HAMLET

Je ne suis fou que par le vent du nord-nord-ouest ; quand le vent est au sud, je peux distinguer un faucon d’un héron.


Entre Polonius.



POLONIUS

Salut, messieurs !


HAMLET

Écoutez, Guildenstern…

À Rosencrantz.

Et vous aussi ; pour chaque oreille un auditeur. Ce grand bambin que vous voyez là, n’est pas encore hors de ses langes.


ROSENCRANTZ

Peut-être y est-il revenu ; car on dit qu’un vieillard est enfant pour la seconde fois.


HAMLET

Je vous prédis qu’il vient pour me parler des comédiens. Attention !… Vous avez raison, monsieur, c’est effectivement lundi matin…