Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/252

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

tous deux ; — je veux l’aborder sur-le-champ. Oh ! laissez-moi faire. —

Sortent le Roi, la Reine et leur suite.

Comment va mon bon seigneur Hamlet ?


HAMLET

Bien, Dieu merci !


POLONIUS

Me reconnaissez-vous, monseigneur ?


HAMLET

Parfaitement, parfaitement ; vous êtes un marchand de poisson.


POLONIUS

Non, monseigneur.


HAMLET

Alors, je voudrais que vous fussiez honnête comme un de ces gens-là.


POLONIUS

Honnête, monseigneur ?


HAMLET

Oui, monsieur. Pour trouver un honnête homme, au train dont va le monde, il faut choisir entre dix mille.


POLONIUS

C’est bien vrai, monseigneur.


HAMLET

Le soleil, tout dieu qu’il est, fait produire des vers à un chien mort, en baisant sa charogne. Avez-vous une fille ?


POLONIUS

Oui, monseigneur.


HAMLET

Ne la laissez pas se promener au soleil : la conception est une bénédiction du ciel ; mais, comme votre fille peut concevoir, ami, prenez garde.