Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/173

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

est votre femme : mari et femme, c’est même chair. — Donc, adieu, ma mère ! En Angleterre, allons !…

Tous sortent excepté le roi.



LE ROI.

Laissez-moi, Gertrude, — et faites vos adieux à Hamlet. — Une fois en Angleterre, il n’en reviendra plus : — nos lettres au roi d’Angleterre — le somment, au nom de son allégeance, — d’avoir, aussitôt la dépêche lue, — immédiatement, sans demander pourquoi, — à faire tomber la tête d’Hamlet. Cet homme doit mourir, — car il y a en lui plus de choses que n’en voit l’œil superficiel. — Lui une fois mort, eh bien ! notre empire sera délivré.

Il sort.



Scène XIII[1]

[Une plaine en Danemark.]


Entre Fortinbras, suivi de tambours et de soldats.



FORTINBRAS.

Capitaine, allez saluer de notre part — le roi de Danemark : — dites-lui que Fortinbras, neveu du vieux Norwège, — réclame un sauf-conduit pour traverser ses terres, — conformément à la convention faite. — Vous connaissez notre rendez-vous. Allons ! en marche !

Tous sortent.



Scène XIV

[La salle d’État dans le château.]


Entrent le Roi et la Reine.



LE ROI[2].

Hamlet est embarqué pour l’Angleterre. Bon voyage !

  1. Voir la scène xv du second Hamlet.
  2. La scène xvi du second Hamlet, qui correspond à la scène xiv du premier Hamlet, commence par un dialogue entre Horatio et la reine, et non par