Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/123

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

LE SPECTRE.

Je suis l’esprit de ton père, condamné pour un temps — à errer la nuit, et, tout le jour, — à être enfermé dans un feu ardent — jusqu’à ce que la flamme m’ait purgé des crimes noirs — commis aux jours de ma vie mortelle.


HAMLET.

Hélas ! pauvre ombre !


LE SPECTRE.

Ne me plains pas ; mais à mes révélations — prête une oreille attentive. S’il ne m’était pas interdit — de dire les secrets de ma prison, — je ferais un récit dont le moindre mot — labourerait ton âme, glacerait ton jeune sang, — ferait sortir de leur sphère tes yeux comme deux étoiles, — déferait le nœud de tes boucles tressées, — et hérisserait chacun de tes cheveux sur ta tête — comme des aiguillons sur un porc-épic furieux. — Mais ces descriptions ne sont pas faites pour des oreilles de chair et de sang. — Hamlet, si tu as jamais aimé ton tendre père…


HAMLET.

Ô Dieu !


LE SPECTRE.

Venge-le d’un meurtre horrible et monstrueux.


HAMLET.

D’un meurtre !


LE SPECTRE.

Oui, d’un meurtre horrible au plus haut degré ; — le moindre est bien coupable, — mais celui-ci fut le plus horrible, le plus bestial, le plus monstrueux.


HAMLET.

Fais-le-moi vite connaître ; pour qu’avec des ailes rapides comme l’idée ou la pensée du but, je vole à la vengeance.