Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/111

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Hamlet. — Reste avec nous ici ; ne va pas à Wittemberg.


HAMLET.

Je ferai de mon mieux pour vous obéir en tout, madame.


LE ROI.

C’est parler comme un fils aimable et tendre. — Je veux que le roi ne boive pas aujourd’hui — sans que les gros canons disent aux nuages — que le roi boit au prince Hamlet.

Tous sortent excepté Hamlet.



HAMLET.

Oh ! si cette chair trop endolorie et trop souillée pouvait se fondre en néant ! Si l’universel — globe du ciel pouvait se changer en chaos ! — Ô Dieu ! en deux mois ; non, pas même ! mariée, — à mon oncle ! Oh ! ne pensons pas à cela. — Le frère de mon père, mais pas plus semblable — à mon père que moi à Hercule. — En deux mois ! Avant même que le sel — de ses larmes menteuses eût cessé d’irriter — ses yeux rougis, elle s’est mariée ! Ô ciel ! une bête — dénuée de raison n’aurait pas eu — une telle hâte… Fragilité, ton nom est femme ! — Quoi ! elle se pendait à lui comme si ses désirs — grandissaient en le regardant. — Ô criminelle, criminelle ardeur ! Aller avec une telle vivacité à des draps incestueux ! — Avant même d’avoir usé les souliers — avec lesquels elle suivait le cadavre de mon père mort, — comme Niobé, toute en pleurs. Mariée ! Mauvais — mariage qui ne peut mener à rien de bon ! — Mais, tais-toi, mon cœur, car il faut que je retienne ma langue.


Entrent Horatio et Marcellus.



HORATIO.

La santé à votre seigneurie !