Ouvrir le menu principal

Wikisource β

Page:Segalen - Orphée-Roi.djvu/56

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ORPHÉE

embrassant d’un geste impérieux la Montagne et relevant sa LYRE :

Je suis roi.

EURYDICE

recule avec respect :

Oh ! Tu habiteras une maison avec des piliers peints de couleurs… Tu vêtiras des vêtements tissés et tu porteras la hache au double fer.

Tu entendras le peuple répétant tes mots, et le Fleuve qui bruit sans discontinuer, et la Mer qui se tait parfois ou bien hurle plus fort que tout…

Tu régneras !

ORPHÉE

Je suis roi.

EURYDICE

Je serai ta servante.

ORPHÉE

Mais qui donc a donné le chant à ta voix…