Page:Schoebel - Le Mythe de la femme et du serpent.djvu/60

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 54 —
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

androgynes les auteurs de la création[1]. Nous avons déjà nommé Elohim ; ajoutons-y Pthah, Uranus, Aphrodité, Déméter, Athéné et Dionysos : ἄρσενα καὶ θῆλυν, διφυῆ[2] ; puis Mithra, Yama, Çiva, représenté « mi-femme, ardha- » nâri[3], dans le temple d’Elephanta et ailleurs ; enfin Mashya, Meahuatl et Tuisco, nom qui, selon Wackernagel[4], veut dire Zwitter, qui est des deux (sexes). Les récits des temps héroïques connaissent aussi comme androgynes Cénis ou Cénée et Tirésias[5]. J’en passe. Mais la croyance de l’hermaphroditisme était si profondément entrée dans l’esprit du peuple grec que, pour la satisfaire, les poètes avaient dû créer une divinité androgyne spéciale, un composé d’Hermès et d’Aphrodite, le dieu Hermaphrodite[6]. Il y avait des fêtes à son honneur, et à Argos on célébrait les Hybristika longtemps encore après notre ère[7].

Du reste, on sait quel magnifique parti la statuaire grecque a su tirer du principe androgyne. Rien de plus heureux que les inspirations qu’elle lui a dues dans la création des types de la plupart des dieux et des déesses. C’est ainsi qu’elle est parvenue à allier dans ses chefs-d’œuvre la force et l’austérité viriles aux grâces et à l’élé-

  1. Gerhard, Antike Bildwerke, p. 128. Cf. F. Lajard, Rech. sur les attrib. de Vénus, p. III, 115, al.
  2. Orphica, rec. G. Hermann, hym. XLII, 4, p. 306.
  3. Lassen, Ind. Alt., II, 817, 1089. Graul, Reise in Ostind., 1, 131.
  4. Die Anthropogonie der Germanen, ap. Haupt, Z. f. DA, VI, p. 19.
  5. Venus huic erat utraque nota. (Ovid., Met., III, v. 323. Voir aussi Diodore de Sicile, I. XXXII.)
  6. La fable rapporte aussi son état androgyne à sa réunion en une seule personne avec la nymphe Salmacis.
  7. Ea die etiam hodie Hybristika sacra agunt. (Plutarch., De mulierum viriutibus, IV.)