Ouvrir le menu principal

Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/53

Cette page a été validée par deux contributeurs.


et Fernande se débattant dans la rivière. En voulant cueillir un nénuphar, son pied avait glissé, et le courant l’entraînait vers les écluses d’un moulin. Que fait Gaspard ? Il se jette à l’eau ; plus rapide que le courant, il saisit Fernande d’une main de fer, la dispute au flot ravisseur, l’arrache aux dents de la roue qui allait broyer son corps charmant, et, après des efforts surhumains, la ramène évanouie sur le bord. Fernande, hélas ! ne se réveilla pas. Déjà les pâles violettes de la mort étaient répandues sur ses lèvres. Vous pouvez vous représenter la douleur du marquis et de la marquise ; rien ne saurait vous donner une idée du désespoir de Gaspard, Agenouillé près de sa fiancée, il l’épousa solennellement dans son cœur, et, prenant le ciel à témoin, jura de lui rester fidèle ; Gaspard a tenu son serment.

— L’histoire est touchante, dit Laure.